Un crabe dans mon soleil d’été

Il y a 3, 4 ans, je me suis aperçue que j’avais un point noir sur le front. Tout petit. Pensant à un bouton, j’ai tenté de l’enlever en vain. Je l’ai laissé tranquille, puis je me suis aperçue qu’il avait un peu grossi. Pensant toujours à un bouton, j’ai retenté de l’enlever, mais toujours impossible. J’ai commencé à trouver la forme bizarre et qu’il y avait du relief. J’ai finalement été voir mon généraliste qui a tenté de l’enlever, mais non, comme je lui avais dit, il ne voulait pas partir. Alors elle m’a donné une ordonnance pour aller voir un dermatologue.

Et puis, je n’ai pris rendez-vous car j’ai eu des choses à gérer dans ma vie et une petite tâche sur mon front n’était franchement pas important. Une bonne année s’est écoulée et j’ai constaté que ma tâche avait continué à grossir. Un soir à la sortie d’école, un enfant m’a pointé du doigt et a demandé à sa mère d’un air dégoutté ce que j’avais sur le front. Un grain de beauté, c’est ce qu’elle lui a répondu.

J’ai repris rendez-vous avec mon docteur pour avoir une nouvelle ordonnance, je savais que ce n’était pas un grain de beauté, je n’ai aucun grain de beauté comme ça. Mon doc m’a dit qu’elle pensait à un kyste. Va pour un kyste.

J’ai donc cherché un dermatologue. Oui, ça se cherche un dermatologue, comme une perle dans l’océan. Il y a ceux qui ne prennent pas de nouveau patient et ceux où tu dois appeler tel jour de 14h à 16h pour avoir la chance peut-être d’avoir un rendez-vous … quand enfin tu arrives à les joindre, ah non le planning est fermé madame, rappelez le mois prochain … et même bordel le mois d’après. Moi qui adooooore appeler (t’as compris que c’est ironique hein ?), j’ai été comblée.

Et tilt, j’ai utilisé le rendez-vous en ligne sur doctolib, j’ai trouvé une dermato en 2 seconde et en un clic, j’avais un rendez-vous. Magnifique la modernité.

Fin Mai, je suis allée à ma consultation. Elle m’a examiné rapidement, puis j’ai croisé son regard et mon cœur s’est serré. Elle avait les yeux brillants et son visage avait changé. Je t’expliquerais un jour dans un autre article mes super pouvoirs, mais ce n’est pas le moment. Elle m’a expliqué en langage médical que c’était soit un grain de beauté, soit un cancer de la peau. Je savais. Alors j’ai fait ce que toute personne aurait fait à ma place. J’ai regardé mon mari et j’ai éclaté de rire. Je n’ai pas arrêté de faire des blagues et de sourire comme une débile. Elle m’a expliqué que j’allais avoir un autre rendez-vous pour une intervention « très rapidement », qu’elle allait m’ouvrir le front pour faire prélever et analyser. Elle m’a aussi expliqué que si c’était cancéreux, j’aurais une seconde intervention que sa collègue fera, qu’il faudrait m’ouvrir plus pour retirer ma chaire plus largement autour de la zone pourrie. Bon on est d’accord qu’elle n’a pas dit ça comme ça.

Bref en sortant, je savais. C’est un putain de cancer, je le savais. J’ai tenté de dire à mes proches que c’était ça, que j’avais un cancer, mais on n’a pas voulu m’entendre.

Alors j’ai arrêté de parler et je suis allée à mon intervention début Juin. J’ai posé directement la question à ma dermato « Vous pensez que c’est un cancer, n’est-ce pas ? ». Je crois que j’ai été un peu trop brute car sur le moment, elle a paru surprise, elle n’a pas dit non, on a bien parlé de la seconde intervention SI.

Elle m’a dit qu’elle m’appellera dans 15 jours pour les résultats. 15 jours + 1 aucun appel. J’ai décidé donc d’appeler. LOL. Comme j’avais pris rendez-vous sur le net, je ne savais pas comment c’était galère de les joindre, j’y ai passé la journée. Enfin en milieu d’après-midi, j’ai réussi à avoir la secrétaire qui m’annonce que c’est plutôt 3 semaines et donc non, ils n’ont pas mes résultats.Hum … On me dit qu’on note de m’appeler dès que les résultats seront là.

Juillet est arrivé et toujours rien. Deux nouvelles tâches sont apparues, un peu plus clair que ce que j’avais au départ. Mi juillet, j’ai décidé de rappeler. Plus d’un mois était passé. Contrairement à l’autre fois, je suis arrivée à les joindre rapidement. La secrétaire m’a annoncé qu’elle allait me passer ma dermato car elle ne pouvait rien me dire. Okay, j’ai serré les dents, je savais. Et ma dermato m’a dit enfin que oui, j’ai un cancer de la peau. Elle m’a dit aussi qu’elle m’avait appelé, il y a 15 jours et m’avait laissé un message sur mon répondeur avec une date de rendez-vous pour l’intervention. Date qui était passée.

Parenthèse ouverte.

Chers gens de tous âges, il y a des choses qui ne s’annoncent pas sur un répondeur. Putain.

Parenthèse fermée.

Sauf que mon téléphone est merdique, que je n’ai pas les numéros affichés en mon absence et que je n’ai jamais su comment fonctionnait  le répondeur. Quand j’ai dit ça à mon mari, il a direct acheté un nouveau téléphone. C’est un super héro tu sais.

On a programmé une date fin août. Histoire que je puisse profiter des vacances en famille avant. L’appel a duré quoi … 3 minutes. Pas le temps de poser de question, rien. Cancer de la peau, c’est pas beau, rendez-vous, boujou.

 

 

Cette semaine, je suis allée à cette seconde intervention. J’ai pu enfin tout savoir et poser toutes mes questions.

J’ai donc un cancer de la peau qui touche normalement les plus de 60 ans. C’est tout moi ça. J’ai 32 ans et j’ai bouffé mon capital soleil qui devait me durer toute ma vie.

C’est drôle, on m’a toujours dit qu’avec ma peau mate, je ne craignais rien. J’ai dû avoir un ou deux coup de soleil dans ma vie. Je n’ai pas de souvenir de crème solaire, de protection, je ne peux pas parler de ma petite enfance car je n’ai pas souvenir de tout, mais je sais qu’à partir d’un certain âge, il n’y avait rien. Ado même, je prenais le monoï de mon géniteur et je m’en tartouillais partout. Je passais des étés entier en plein soleil. J’étais tellement bronzée que lorsque j’enlevais mon maillot de bain, on pouvait croire que j’avais encore un maillot de bain blanc. Dans ma vie d’adulte, je n’ai pas cherché plus loin. Même si je ne mettais plus de monoï et que je ne m’exposais plus comme avant, je ne me protégeais jamais. Même si je protégeais mes enfants, je ne pensais pas à moi.

La dermatologue m’a bien expliqué que je n’allais pas avoir de chimio, que je n’allais pas mourir de ça. Mais que j’allais être suivi tous les 6 mois et si ça va par la suite, tous les ans. Toute ma vie. Ce jour, elle allait m’enlever mon cancer, mais je peux en faire un autre n’importe où sur mon corps.

Rassurée et pas rassurée, une épée de Damoclès a accepté.

L’intervention a été plus rapide que la première fois. Mon petit bout de moi pourri est parti en analyse pour savoir si tout ce cancer a bien été enlevé, sinon on devra m’ouvrir encore une fois. Elle m’a expliqué que vu mon âge, elle avait moins gratté autour pour me faire une plus petite cicatrice.

Par contre, c’était plus profond et lorsque l’anesthésie n’a plus fait effet … j’avais l’impression d’avoir un énorme bleu tellement c’était sensible. J’ai des soins à faire pendant 3 mois pour avoir une belle cicatrice de compèt’. Je n’ai pas de cicatrice en forme d’éclair, je ne voulais pas faire d’ombre à un célèbre sorcier alors on m’a fait une cicatrice en forme de baguette magique.

 

Par cet article, je souhaite sensibiliser aux effets indésirables des UV et ne pas se croire plus fort que la nature car ça n’arrive pas qu’aux autres. Et puis, je voulais remercier pour le soutien que j’ai reçu de la part d’inconnus, de connaissances, de mes proches et surtout de mes enfants et de mon mari qui est mon super héro. Chaque présence, chaque mot ont été importants et a eu des répercutions sur moi, même si je répondais parfois brièvement. Je n’oublie pas mes animaux aussi, mes boules poulues d’amour qui ressentent énormément de choses.

 

Fuck le cancer.

12 comments for “Un crabe dans mon soleil d’été

  1. Valérie Sourcette
    30 août 2018 at 12 h 24 min

    J’ai tout lu… De tout coeur avec toi <3 Fuck le cancer !

  2. Delphine LE MANAC'H
    30 août 2018 at 14 h 07 min

    bon courage !!! tu vas le niquer !!!!!

    • 30 août 2018 at 14 h 24 min

      Merci ! Oh oui, je ne vais pas me laisser faire, non mais !

  3. Natacha Boih
    30 août 2018 at 14 h 15 min

    Juste un merci. Merci parce que des à présent je te jure de me protéger autant que mes enfants. Comme toi jai la peau mate. Comme toi je nai eu que tres peu de coups de soleil. Comme toi jai passe des heures à me dorer la pilule. Comme toi ça fait bien longtemps que je ne lai pas refait…
    Un grain de beauté à gonfler. Comme toi jai pris rdv… j’attends qu’il arrive et j’avoue jai peur…
    Jesper égoïstement avoir plus de chance….
    Je te souhaite bon courage

    • 30 août 2018 at 14 h 24 min

      Et je te souhaite d’avoir plus de chance que moi !
      Si tu as besoin d’en discuter, n’hésite pas. Je sais au combien cette attente est longue et pesante.
      Bon courage également.

  4. Arrosa
    30 août 2018 at 15 h 46 min

    Tous mes vœux de bon rétablissement. Avec un bon suivi régulier, il ne viendra plus t’enquiquiner. Courage ! Et oui, les médecins sont maladroits, ils semblent parfois tellement blasés, ce qui pour eux est « habituel » est pour nous exceptionnel (pour l’avoir vécu aussi mais pour une leucémie). Mais tu es bien plus forte qu’un crabe ! Bises du Sud

    • 30 août 2018 at 16 h 44 min

      Merci beaucoup pour tes mots !
      J’espère de tout cœur que tu as vaincu cette leucémie.
      Je n’avais pas vu les choses sous cet angle pour les médecins, tu as sans doute raison.
      Bises du Nord !

  5. 30 août 2018 at 20 h 41 min

    Bon courage à toi. Oui il.ne faut jamais dire que rien nous arrivera. J’ai été victime d’un avc à 48 ans et je pensais que cela n’arrivait qu’aux autres. Alors je suis de tout coeur avec toi dans ton combat.
    Bisous.
    Emmanuelle

  6. 30 août 2018 at 22 h 32 min

    Quelle grosse merde ces putains de cancer.
    Désolée, il fallait que ça sorte.

  7. missrelie
    31 août 2018 at 11 h 03 min

    oh mais noon…
    J’aime po..
    et ce recit avec toute cette indelicatesse medicale…. grr
    courage à toi et à tes proches..
    Merci tout de même pour ton article qui nous ramène à la rélité..
    Des bises

  8. Notsil
    1 septembre 2018 at 22 h 54 min

    Plein de courage !

    Je suis d’une famille où les grains de beauté se surveillent d’une année à l’autre, donc tout ça me parle… et on ne peut aussi se surveiller entièrement seul (je pense pas que celui qu’on m’a enlevé sur le coude – oui y’a un endroit qu’on ne voit pas soi-même par là ^^ – était cancéreux, mais je venais pour des doutes sur un autre au final bénin, comme quoi ^^).

    Et puis y’a aussi la cicatrice à gérer et protéger du soleil par la suite, pas facile quand c’est sur le front !

    Force et courage 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *