P’tite mère

Lorsque j’ai rencontré votre petit-fils, cela a été une évidence entre nous. Il a décidé rapidement de me présenter à vous, sa grand-mère qui êtes dans son cœur sa vraie mère. Il m’avait prévenu que vous l’adoriez, que vous n’aviez pas un caractère facile, que vous aviez détesté les autres petites amies présentées et que ce serait sûrement pareil, qu’il ne fallait pas que je le prenne pour moi. Sur le trajet, j’avais décidé que je ne ferais pas de courbette pour tenter de plaire, de faux semblants, que je serais moi-même et que vous m’apprécierez parce que je ne suis justement pas ses ex. C’est tout de même un peu intimidée que je vous ai rencontré. Vous n’étiez pas n’importe qui dans le cœur de votre petit-fils.

Après cette rencontre, vous avez contacté votre petit-fils et vous lui avez dit que vous m’aimiez bien, que j’étais la bonne. Cela tombait bien, je vous appréciais beaucoup aussi. Je pense que cela a été très important pour lui, même s’il ne l’a jamais dit.

Il m’a toujours parlé de vous avec admiration et j’adorais vous écouter raconter l’enfance de mon mari et les bêtises qu’il faisait.

 

 

Je me souviendrais toujours de cette première rencontre. Je me souviendrais toujours de cette dernière rencontre. Votre surprise quand nous sommes arrivés dans votre chambre. J’ai eu l’impression d’entendre le cœur de votre petit-fils qui se brisait de vous voir souffrir ainsi. Je me souviendrais de votre inquiétude, savoir si votre petit-fils avait retrouvé un bon travail, s’il était heureux. Nous vous avons rassuré, tout va bien pour nous et vous avez enfin souri comme autrefois. Votre petit-fils vous a dit qu’il reviendrait dans 15 jours avec votre fils, vous avez répondu que vous ne seriez plus là. Devant la douleur de votre petit-fils, vous lui avez dit que vous aviez plus mal pour lui que pour vous. Je vous ai montré des photos des enfants et de la famille réunie. Vous n’avez pas parlé, mais j’ai senti que cela vous faisait du bien. Je vous ai pris la main, je ne l’avais jamais fait avant, et je vous ai dit au revoir, mon mari a dit encore combien il vous aimait et juste au moment de tourner les talons, vous avez dit « Au revoir » en puisant dans vos forces. Je reconnaissais enfin votre voix et j’ai compris. Mais je n’ai rien dit et on vous a souri.

 

Vous aviez raison, vous ne serez pas là dans 15 jours. Mais nous avons été là, la famille réunie, pleine d’amour pour vous rendre hommage, pour vous dire adieu. C’était très triste, c’était très dur, c’était très fleuri, c’était très coloré, c’était très beau, c’était plein d’amour. Je sais que vous l’avez vu, j’ai senti quelques instants votre présence dans l’église; D’ailleurs votre petit-fils m’a dit plus tard qu’il avait ressenti la même chose au même moment.

Je vous remercie d’avoir élevé mon mari, de lui avoir donné tant d’amour, d’avoir contribué à faire de lui ce qu’il est. Je vous remercie d’avoir cru en moi. Je vous remercie d’avoir fait partie de la vie de mes enfants, ils vous aiment beaucoup. « C’était sa p’tite mère » a dit ma fille tout simplement. Mon fils veut rapidement venir voir là où vous reposez, je pense qu’il a des choses à vous dire.

Il est normal qu’il y ait de la souffrance depuis que vous êtes parti, c’est simplement que vous étiez aimée et vous continuerez à l’être. Nous avons tous plein de beaux souvenirs de vous que nous manquerons pas de partager entre nous avec un pincement au cœur, mais en souriant.

Ne vous en faites plus pour lui, pour nous, rejoignez en paix ceux qui vous attendaient.

5 comments for “P’tite mère

  1. mamina
    7 novembre 2017 at 20 h 41 min

    c’est un très joli texte, bel hommage, très émouvant

  2. Gaïa
    7 novembre 2017 at 22 h 21 min

    Tu as su mettre de si belles paroles sur ces derniers instants… Condoléances et courage à vous les amours ♡♡♡♡♡

  3. missrelie
    8 novembre 2017 at 10 h 05 min

    cest un bel hommage
    des bises

  4. Arrosa
    9 novembre 2017 at 6 h 08 min

    Beaucoup de respect, de tendresse dans ces lignes, et le portrait d’une bien belle personne. Sincères condoléances

  5. Marino
    26 novembre 2017 at 19 h 30 min

    J’ai découvert votre blog en cherchant des grilles de point de croix, et cet hommage à quelqu’un qui vous était cher. j’ai du coup parcouru quelques articles plus anciens sur l’allaitement, l’école à la maison (ou pas) qui m’ont bien amusée… Restez vous-même, çà a l’air très bien comme çà ! avec toute ma sympathie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *