Mes seins en liberté

J’ai commencé à mettre des soutiens-gorge au collège lorsque je me suis aperçue à la piscine qu’une amie en mettait. J’en ai donc demandé à ma mère. Aujourd’hui, je sais très bien qu’à cette époque, je n’en avais pas besoin, mais ça nous faisait sentir …d’être en train de grandir, de passer une étape. Avoir son premier soutif, c’est plus glamour que d’avoir ces première règles. Bref.

Depuis donc le collège, j’en porte. Des basiques, en dentelles, en coton, rembourrée, des moches, des beaux … de tous les types, de couleurs différentes …

 

Mais ils me gênaient souvent. Une bretelle qui tombe, trop serré, pas assez … parfois le soir lorsque je l’enlevais : la libération de ne plus rien porter.

 

Ma poitrine a évolué tout au long de ma vie. Parfois généreuse, parfois discrète, je n’ai jamais été complexé par cela. J’ai toujours accepté mon corps tel qu’il était (mais ce n’est pas le sujet).

 

Et puis un matin, un peu en retard, je n’en ai pas mis. Le lendemain, pareil. Me sentant à l’aise avec l’idée et avec mes seins, j’ai décidé de ne plus en mettre.

 

Je ne cache pas qu’au début lorsque je montais ou descendais les escaliers par exemple, ça ballotait et je devais me les tenir (scène non sexy). Au fil des semaines, mon corps s’est adapté à ne plus avoir ce soutien. Je me suis mise à me tenir plus droite et ma poitrine s’est musclée. Je n’ai plus besoin de les tenir dans mes escaliers ou dans d’autres situations.

Je crois avoir perdu une taille, mais c’est peut-être aussi lié à la fin de mon allaitement.

 

L’avantage se verra aussi dans le futur, pas de poitrine qui tombe.

Je pense que j’en remettrais quand même pour mon prochain allaitement seulement pour pouvoir mettre des coussinets d’allaitement, mais dès que je n’en aurais plus besoin zou : Liberté !

 

Mes seins sont libres et mon dos me dit merci.

 

 

Bon là, c'est sûr, c'est mieux d'en porter ...

Bon là, c’est sûr, c’est mieux d’en porter …

 

Il semblerait que le soutien gorge soit une des causes du cancer du sein, raison de plus pour lui dire adieu !

Un article très intéressant à lire en cliquant ici (Attention, certains images peuvent choqués, ne pas regarder avec un enfant à côté). Merci à une lectrice de l’avoir partagé.

19 comments for “Mes seins en liberté

  1. Sib
    13 octobre 2013 at 22 h 11 min

    Je ne mets plus de soutien gorge à la maison et après ce sentiment bizarre qu’il manque quelque chose il y a la libération ! Par contre j’ai du mal à l’extérieur à cause du regard des autres. Bon le froid arrive donc je serais moins pudique grâce à la couche de pulls qui cachera mes tétons en cas de coup de froid haha Et puis comme en été je porte pas mal de t-shirt ou débardeurs très légers, j’ai toujours peur que l’on voit ma poitrine ^^ Encore la pudeur !

    Mais au delà de la liberté, il y a aussi l’aspect santé ! On dit que le soutien gorge favorise le cancer du sein à cause de la compression qui empêche la lymphe de circuler. J’ai appris plein de choses ici : http://fr.slideshare.net/Yves971/le-danger-du-soutien-gorge-52

    Belle soirée à toi ^^

    • 13 octobre 2013 at 22 h 20 min

      Je pense que comme j’étais à l’aise pour allaiter mes enfants partout, le fait qu’on puisse voir que je ne porte rien, je m’en fiche ^^ C’est sûr que sur ce point, on peut le vivre différent d’une femme à l’autre 😉

      Merci pour le lien, je vais le lire.

      • Sib
        14 octobre 2013 at 11 h 32 min

        La pudeur est un ressenti personnel mais aussi une conséquence de la pression sociale. C’est dans ces moments là que je me dis que je suis encore en prise avec ce que l’on attend de moi même si j’aspire à la liberté ^^

        Désolée pour le lien. J’avais oublié de te prévenir qu’il pouvait y avoir des images choquantes !

        • 14 octobre 2013 at 12 h 22 min

          Ce n’est pas grave, quand je ne connais pas un lien, mes enfants ne sont jamais à côté de moi, ton lien est très intéressant et accompagne mon idée de ne plus mettre de soutien.

  2. 13 octobre 2013 at 22 h 12 min

    je ne pourrais pas!!!!!!
    Mais je suppose que ça dépend des personnes et des poitrines. Moi la liberté c’est justement d’en porter! MDR

    • 13 octobre 2013 at 22 h 55 min

      le ressenti de chacune joue beaucoup, je pense 🙂

      • 14 octobre 2013 at 23 h 51 min

        oui je pense aussi.
        On est pas toute faite pareil et on ne ressent pas toute la même chose. Des fois j’aimerais bien pouvoir m’en passer. Mais je me sent vraiment trop mal à l’aise.

  3. 13 octobre 2013 at 22 h 24 min

    Tout depend de la generosité de la poitrine^^ avec ce que j ai c est non seulement laid sans soutif mais tres douloureux …
    D.

    • 13 octobre 2013 at 22 h 56 min

      Moi j’avais mal au dos avant, mais bon je pense que je n’ai jamais eu ta poitrine ^^

    • 14 octobre 2013 at 23 h 52 min

      C’est exactement se que je pense aussi. 100G/H sans soutien gorge c’est pas possible

      • 15 octobre 2013 at 11 h 24 min

        je n’étais pas à cette taille, mais vraiment, je pense que la poitrine s’adapte. As-tu lu le lien sur ma page facebook ?

  4. celine
    13 octobre 2013 at 22 h 35 min

    je nen ai pas mis pdt plusieurs longues périodes, cause santé et opération et sensation d’être opressée et je les ai remis car ma poitrine est « descendue d’un étage » après ça…

    • 13 octobre 2013 at 22 h 51 min

      Ah zut, j’espère que tout est remis en place depuis 🙂

  5. Desperate Houseweasel
    13 octobre 2013 at 23 h 22 min

    Ah mais quelle chance ! Avec mon poitrail c’est juste pas possible ! Je donnerai des coups de genoux dans mes seins…

    Au collège on avait fondé le club des grosses poitrines avec une amie (elle a subit une reduction mammaire la semaine dernière c’est pour voud dire… je pense en faire autant… qui veut le surplus !??)

  6. 23 novembre 2014 at 0 h 05 min

    Ne plus porter de soutien-gorge demande un entraînement progressif, on ne peut pas rééduquer (le mot peu paraître un peu excessif mais il reflète la réalité) un organe resté passif aussi longtemps, d’un claquement de doigt… les petites poitrines sont naturellement avantagées à ce niveau, c’est indéniable! Pour les plus généreuses, je dirai qu’il faut vraiment prendre son temps, y aller doucement, pour se donner les moyen de s’habituer physiquement (1h par jour chez soi, puis 2, 3, 4… et enfin plus du tout à l’extérieur et partout!!) mais aussi mentalement, réussir à sortir des a priori, trouver l’assurance et la détermination pour se libérer (d’ailleurs, tout le monde n’y prête pas forcément attention, c’est important de le dire).

    L’effort est toujours récompensé à la fin! C’est juste incroyable le nombre de femmes qui se sentent libérées d’un poids pesant lorsqu’elles laissent tomber leur soutien-gorge… c’est à peine imaginable. Encore faut-il en avoir envie, toutes n’oseront pas tenter l’expérience…

    Si le sujet t’intéresse, tu peux regarder une conférence de Jean-Denis Rouillon sur l’affaissement de la poitrine à cause du soutien-gorge : conférence de JDR ça donne de très bonnes raisons de continuer à vivre seins-libre!
    Il y a aussi mon site sur les dangers du soutien-gorge : freetheboobies.fr
    Voila, j’espère que ça pourra aider des femmes à franchir le cap et à se libérer de cette contrainte qui ne sert absolument à rien !

  7. PRINCESSLEIA
    1 mars 2015 at 21 h 44 min

    J’ai arrêté de mettre des soutifs lorsque j’ai pris connaissance de cet article et après quelques picotements le premier jours, je me suis sentie libérée ! je n’en met que selon les vêtements en été et j’ai opté plutôt pour des bandeaux ou des caraco courts… exit les jolies soutifs à armatures ! mais combien je me sens mieux ! toujours a être serré d’un côté ou de l’autre ! je n’en ai remis que pour mon troisième allaitements pour éviter les fuites et que les coussinets soient tenus…. comme j’allaite longtemps ça risque de durer mais je les choisis a présent pour leur confort, pas pour leur esthétisme… après tout on s’en moque hein ! personne le les voit et mon chéri ne râle pas ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *