C’est moi qui décide

Après mon article sur mon souhait d’accoucher autrement, la madeleine (femme de Zhom) m’a prêté un livre.

 

Je n’ai pas trop le temps de lire, alors même si il est petit, j’ai dû le lire en plusieurs fois. Quand j’ai fini par tourner la dernière page, je me suis remémorée mes accouchements. Certes ils ne sont pas catastrophiques, mais ce livre m’a ouvert les yeux.

 

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait d’être immobilisé sur une table d’accouchement à cause de ce monitoring à la noix.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait de se faire trifouille,r je ne sais combien de fois, parfois sans attendre mon autorisation, c’est quand même MON corps.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait d’avoir les pieds dans les étriers et de ressentir que ce n’est pas la bonne position, mais que c’est trop tard parce que je ne sens plus mes jambes avec la péridurale.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait d’avoir cette blouse horrible, moi j’étais bien dans mes fringues, à l’aise.

Non ce n’est pas un accouchement normal d’être dans une pièce totalement inconnue et froide.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait de me prendre trop vite à mon goût mon fils pour l’habiller alors qu’il roupillait tranquillement sur moi et que là maintenant il pleure.

 

 

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait qu’on ne me croit pas quand je dis que si je vais bientôt accoucher.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait qu’après 30 minutes de monitoring, on me dit que je peux rentrer chez moi, j’ai laaaaaaargement le temps (ah ah)

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait de me dire que oups c’est trop tard pour la péridurale mais si on me l’avait faite quand j’ai dit que j’allais bientôt accoucher, j’aurais pu l’avoir.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait d’avoir vu, en moins de 1h, 5 personnes différentes et que je ne sais plus qui fait quoi.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait que si je tends la main vers mon mari en le regardant, ce n’est pas la main de la sage femme que je connais depuis 5 min que je veux mais bien celle de mon mari, alors lâches moi, il allait la prendre ma main tssss.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait qu’on me pose une perf au cas où.

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait de me dire d’attendre avant de pousser parce  qu’elles ne sont pas prêtes, je m’en fiche, ma fille et moi, on l’est !

Non ce n’est pas un accouchement normal le fait de me faire une rachi sous prétexte  qu’il manque peut-être un bout de placenta, qu’elle va donc aller chercher ça (humm …) et que oh bah non c’était bon …

 

J’ajouterais aussi que le séjour à la maternité n’est pas mieux car je ne comprends toujours pas l’utilité de m’avoir réveillée toutes les nuits à 22h en allumant la lumière pour savoir « si tout va bien » alors que oui tout va bien, je veux juste dormir, je ne comprends pas l’utilité de devoir noter l’heure des tétées et des changements de couches (en notant ce qu’il y avait dedans hum), je ne comprends pas l’obligation de donner le bain dès les premiers jours ( et de 9h à11h30 après c’est trop tard et si tu n’y vas pas, tu te fais engueuler), je ne comprends pas le fait de mettre du produit dans les yeux de mon bébé à sa naissance, je ne comprends pas qu’on me fasse appeler la nuit l’infirmière de garde pour dire « c’est bon, elle a tété » alors que tout va bien, je ne comprends pas qu’on vienne me réveiller à 5h du matin parce que je n’ai pas appelé de la nuit (excusez moi hein je dormais), je ne comprends pas tous ces allées et venues de personnels qui m’empêchent de me reposer, je me dis qu’heureusement que je ne suis pas de nature à stresser et que j’ai un pilier sans faille en mon mari parce que je peux tout à fait comprendre celles qui ont fait un baby blues (oui moi je ne connais pas)

 

Oui, ce sera un accouchement normal quand j’accoucherai chez moi avec une sage femme que je connais avec ma liberté de mouvement, ma liberté de pousser quand j’ai décidé, ma liberté de choisir qui sera là auprès de moi, parce que mon mari ne me réveillera pas à 22h pour savoir si tout va bien ou à 5h pour savoir si bébé a tété mais aussi le fait d’être dans son cocon, son univers et qu’on s’y sent bien, parce que c’est mon corps, mon bébé et ma famille et que personne d’autres n’a le droit de décider et parce que plutôt que de penser à ce qui pourrait arriver de mal, il faut penser au bien.

 

 

Je vous conseille fortement de lire ce livre qui parle à toutes les mères ou futures mères, mais aussi pour les pères et futurs pères.

Doudie, merci !

 


5 comments for “C’est moi qui décide

  1. hauville julie
    28 janvier 2012 at 18 h 16 min

    C’est très beau…Je pense qu’un jour je le lirai ;) merci pour la découverte ;)

  2. leger aurelie
    28 janvier 2012 at 20 h 12 min

    J’ai lu le récit d’une maman de 6 enfants je crois sur un blog qui parlé de tous ça, et ça m’avait bien ouvert les yeux. Effectivement c’est pas top tous ça, le personnel que tu ne connais pas forcément (pour ma fille j’ai eu la chance d’avoir mon ginéco), d’avoir toutes ses allées venue, de ne pas avoir le droit de boire pendant le travail parce que tu as une perf, de devoir tous noté, de devoir tous calculé comme ça etc. Le seul truc de bien que j’ai eu ses qu’ils m’ont laissé mes enfants 2h dans les bras avant de m’en séparé pour diverses raisons…
    Les positions pour accoucher effectivement mettre au monde son enfant couché ce n’est pas naturel, la preuve c’est tout bête mais quand on va au toilette nous sommes assis non ?? J’aurais préféré être assise à la rigueur j’aurais eu plus de facilité même si c’était bien mais pour mon fils ça m’aurait probablement bien aidé !!!
    Le bain idem ils venaient me chercher entre 8h et 12h pour le faire pas top non plus je préfère le bain le soir déjà. Bref tes pas dans ton élément, tes pas 100% serain, zen etc j’approuve totalement tous ça.

  3. aurélia
    28 janvier 2012 at 20 h 37 min

    Alors moi aussi j’ai l’impression qu’on m’a littéralement volé mon accouchement, arraché mon bébé alors que je ne l’avais même pas vu; pas cru quans je suis arrivée à la maternité sans aucune douleur alors que si si j’étais à 5cm! On ne m’a rien expliqué de ce que l’on m’a fait, forceps, ventouse, épisio, rien expliqué non plus quand on m’a empêcher de voir mon bébé, quand on m’a dit que je resterais 4h sous surveillance ! J’ai appris par hasard, 3jours plus tard que j’avais fait une hémorragie à la délivrance ! Honteux ! Ceci étant dit, je ne serais pas rassurée non plus d’accoucher chez moi sans personnel médical « au cas où » et sans matériel. Choix délicat je trouve, en tout cas, livre qui donne envie d’être lu…

  4. 28 janvier 2012 at 21 h 07 min

    Bien bel article. Bravo. Ca me donne bien envie de le lire ce bouquin. Faut juste que je trouve le temps.

  5. Dame Béa
    12 septembre 2012 at 8 h 48 min

    Et bien oui, il y a des désagréments d’accoucher à l’hôpital… et je suis pour le dialogue avec les soignants afin d’aller vers des pratiques moins agressives pour les mamans… Un dialogue qui construit un mieux plutôt que des critiques qui ne sont pas constructives si elles sont juste échangées entre mamans.

    Mais pour ma 4è petite fille, si je n’avais pas été à l’hôpital, sous monitoring, avec mon gynéco de garde à côté des salles d’accouchement, elle serait morte durant l’accouchement ! Procidence du cordon, césarienne en urgence, 3 minutes pour sortir ma puce sous AG car je ne souhaitais pas de péridurale pour mon accouchement voie basse.

    Alors oui, j’ai eu mal, oui j’ai subi des touchers peu agréables, oui il y avait 11 personnes dans ma chambre, oui je n’ai pas vu naître mon bébé… mais elle était en vie car a pu être sauvée par le gynéco puis être prise en charge de suite par un pédiatre extra-ordinaire qui lui a donné tous les soins nécessaires !

    Après 8 mois et demi de grossesse sans souci et pour une 4è grossesse, je pensais que tout aller être une formalité. Et bien non, la poche se rompt, le cordon descend avant la tête, bébé est en détresse, bébé est sauvé (encore merci Sage femme A. , Dr L. et Dr M. !)…
    Et merci à ceux qui nous ont ensuite pris en charge quand la maladie létale de bébé a été détectée et merci à ceux qui nous ont entourés et accompagnés durant sa trop petite vie.
    Si je n’avais pas accouché à l’hôpital, je n’aurais même pas eu ces quelques jours de vie avec ma fille.

    C’est vrai, faut pas penser à ce qui pourrait arriver de mal… ça n’arrive qu’aux autres, hein ! :(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *